Le site institutionnel de la Fédération Nationale de la Pêche en France

Accéder au site

generationpeche.fr – Toute l’actu de la pêche en France

Accéder au site

Trouvez les informations pêche de votre département

Accéder au site

cartedepeche.fr - Le site officiel pour obtenir la carte de pêche de votre association agréée

Accéder au site
> > "A ce tarif-là, pourquoi se gêner"

"A ce tarif-là, pourquoi se gêner"

Irrigation dans l'Indre: "A ce tarif-là, pourquoi se gêner"

Patrick Léger.
© Photo NR

Le président de la Fédération départementale de pêche, Patrick Léger, a souhaité réagir à l’article intitulé « La FDSEA défend son modèle agricole », publié dans notre édition de samedi 10 août.
« Jusqu’à présent je n’ai jamais, lors des réunions de l’Observatoire sécheresse, critiqué les agriculteurs en général, mais seulement le positionnement de certains irrigants qui se posaient en représentants du monde agricole alors qu’ils ne sont que 200 sur 3.500. Certains de ces représentants, les plus virulents, pensent que la meilleure défense est l’attaque, même sans argument. J’aimerais leur rappeler que cette façon de procéder a fait depuis longtemps long feu surtout en utilisant de mauvais arguments, tels que le débit des rivières. » « Dans aucune des réunions de l’observatoire sécheresse, poursuit Patrick Léger, les représentants syndicaux présents n’ont évoqué l’accès difficile, voire impossible, à l’eau pour les éleveurs. Il est vrai que nous n’avions en face de nous que des irrigants qui ne défendent que l’irrigation, leur irrigation. »
« Maintenant parlons de choses plus terre à terre, en nous appuyant sur les données de l’agence de l’eau Loire-Bretagne et notamment le tarif des redevances concernant l’eau : 2,02 € le m3 payé par les irrigants ; 3,32 € pour les industriels et 9,73 € pour les particuliers.
Comme on peut le constater, les irrigants paient peu alors que leur consommation représente un quart de l’eau prélevé dans notre département. A ce tarif-là, pourquoi se gêner ? Je tiens à faire remarquer qu’en tant que contributeurs lambda, les pêcheurs de l’Indre participent par une redevance à la protection du milieu aquatique, redevance qui se monte annuellement entre 60.000 et 64.000 €. »
« Enfin, parce que nous avons un esprit d’ouverture que nous partageons avec certains irrigants, nous demandons au président de la chambre d’agriculture de proposer au préfet de l’Indre et à son administration de tutelle, la mise en place une table ronde où les représentants des agriculteurs seront comme les autres utilisateurs représentés pour une voix. »

L'ESSENTIEL SUR LES REDEVANCES

L’agence de l’eau Loire-Bretagne perçoit des redevances auprès des usagers de l’eau (collectivités, particuliers, associations, agriculteurs et entreprises). Elles sont encadrées par la loi (modalités, taux, zonage…) et gérées par chaque agence de l’eau, ou par une seule dans le cadre d’une gestion mutualisée. Ces redevances sont reversées sous forme d’aide pour financer des actions qui visent une meilleure gestion des ressources en eau et des milieux aquatiques.

Les redevances : un effort collectif

Les redevances concernent tous ceux qui utilisent l’eau et en altèrent la qualité et la disponibilité. Cet effort collectif est calculé en fonction des quantités d’eau prélevées et des pollutions rejetées.

Qui paie quoi à l’agence de l'eau Loire-Bretagne pour 100 € de redevances en 2018 ?

Redevances

  • Tous les habitants paient la redevance pour pollution domestique et la redevance pour prélèvement d'eau pour l'alimentation en eau potable. S’ils sont raccordés ou raccordables à l’égout, ils paient aussi la redevance pour modernisation des réseaux de collecte
  • Les industriels paient les redevances pour pollution et modernisation des réseaux non domestiques et la redevance prélèvement d’eau pour l’industrie
  • Les agriculteurs paient la redevance pour pollution par les activités d’élevages et la redevance pour prélèvement d'eau pour l’irrigation
  • Les acheteurs de produits phytopharmaceutiques paient la redevance pour pollutions diffuses
  • Les pêcheurs paient la redevance pour la protection des milieux aquatiques
  • Les propriétaires d'ouvrages qui constituent un obstacle entre les deux rives d'un cours d'eau paient la redevance pour obstacle sur les cours d'eau
  • Les personnes qui procèdent au stockage de tout ou partie du volume écoulé dans un cours d'eau en période d'étiage (retenue > 1 million de m3) paient la redevance pour stockage d'eau en période d'étiage

A quoi servent les redevances ?

L’agence de l’eau reverse intégralement les redevances collectées sous forme d’aides (subvention ou avance) dans le cadre de son programme d’intervention 2019-2024 : le 11e programme. Elle apporte son soutien financier aux actions ou projets d’intérêts communs au bassin pour une gestion équilibrée des ressources en eau.

Exemples : mise aux normes de stations d’épuration, fiabilisation de réseaux d’eau potable, économie d’eau, réduction des pollutions agricoles, protection des captages d’eau potable et restauration des rivières et des zones humides.

La contribution des usagers au 11e programme

De 2019 à 2024, le montant global des redevances des usagers de l'eau est estimé à 2,124 milliards d'euros. Cette contribution permettra à l'agence de l'eau Loire-Bretagne d'attribuer des aides financières pour des actions et travaux pour l'eau, selon les conditions définies dans son 11e programme d'intervention.

La contribution des usagers de l'eau : 2,124 milliards d'euros sur 6 ans - redevances du 11e programme -